Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Aumônerie des hôpitaux de PauAumônerie des hôpitaux de Pau
Menu
Navigation

Pourquoi prier devant le Saint - Sacrement ?

Le Saint-Sacrement, c'est tout simplement le Christ présent dans l'hostie consacrée pendant la

messe et non consommée. 

 

                                     

 

Cette présence n'est pas symbolique mais véritable. Elle est présence active, offerte, c'est le visage de Dieu. Catholiques et orthodoxes s'accordent pour reconnaître dans le pain et le vin de la messe le Corps et le Sang du Christ. 

L'adoration du Saint-Sacrement est une forme de piété ancienne. Elle tient son origine du haut Moyen Âge. Les fidèles ne communiant que très rarement, on avait pris l'habitude d'exposer l'hostie à leur vénération, à la fin de la messe. Avant de clore cette exposition, on bénissait les fidèles avec l'hostie (salut du Saint-Sacrement). Le jour de la fête Dieu, on promenait l'ostensoir, reliquaire dans lequel on plaçait une hostie, en procession. Aujourd'hui, il n'y a plus de procession du Saint-Sacrement, sauf à Lourdes, au milieu des malades.

   

 

Le concile Vatican II a voulu revenir à une conception différente de l'Eucharistie. C'est un mémorial, un repas, un sacrifice. Il a voulu signifier que Jésus n'est pas "prisonnier du tabernacle"et qu'il est aussi présent dans sa Parole (Bible) et à l'intérieur de chacun.

Ce retour à l'essentiel a un peu occulté une forme de piété qui a pourtant nourri bien de nos prédecesseurs dans la foi. Le père de Foucauld a beaucoup prié auprès du tabernacle. Les Petits Frères et les Petites Soeurs de Jésus ont gardé cette habitude et leurs oratoires sont des lieux d'intense prière.

C'est vrai qu'aujourd'hui de nombreuses paroisses

  remettent en vigueur l'adoration du Saint- Sacrement.

  Et que beaucoup y trouvent de vraies joies spirituelles.  Il serait     toutefois dommage que cette adoration soit déconnectée d'une    célébration eucharistique.

Elle devrait en êre le prolongement et  non un but en soi.

 

Extrait du Hors-série Pèlerin

50 clés pour comprendre la prière