Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Aumônerie des hôpitaux de PauAumônerie des hôpitaux de Pau
Menu
Navigation

Repères pour Vivre : Au cœur de la Trinité

 

                              

 

Cette année, nous fêterons la Sainte-Trinité le 11 juin. Quand j'étais enfant, d'excellentes catéchistes m'expliquèrent la Trinité au moyen, si je me rappelle bien, d'un triangle et de flèches diverses. Nos ancêtres usaient de représentations moins abstraites, sinon plus explicites, à base de rayons et de co­ lombes. Il est vrai que le problème est ardu. Quand je fus séminariste, on développa de­ vant mes yeux éblouis des tableaux presque aussi beaux que ceux de mon enfance où il était question à propos de la Trinité d'onto­ logie, de circumincession et d'autres termes tout aussi intéressants, quoique difficiles à employer dans un sermon..

Quand j'écris « éblouis », j'exagère à peine. J'ai beau être plutôt astucieux, la question de la Trinité me donnait un peu le tournis. Mon premier devoir sur le sujet fut jugé sé­ vèrement. Je n'avais rien compris, ou plu­ tôt j'avais compris la même chose qu'un hérésiarque connu du ve siècle, ce qui était un peu fâcheux. On voulut bien m'expliquer mieux.

 

Ce que je raconte là avec le sourire, je crains que beaucoup d'entre nous le vivent, cha­ cun à sa façon. La Trinité a toujours été et demeure, dans notre foi, un point  difficile. Un seul Dieu, trois personnes, l'Esprit « pro­ cédant »  du Père et du Fils...

Cet article n'aura pas la prétention de tout expliquer, mais je voudrais au moins dire ceci: que dans la Trinité, le Père, le Fils et l'Esprit sont liés entre eux par un lien d'amour. Autrement dit, que l'amour fait partie de Dieu. Partie intégrante. Dieu n'est pas une entité pensante qui se serait mise à aimer un beau matin, mais une entité aimante. Il est amour

 

par définition. En Dieu circule l'amour comme le sang dans nos veines. D'une personne à une autre personne, car l'amour par définition va d'une personne à une autre.

Mieux; nous, hommes et femmes, sommes appelés à vivre de cette circulation d'amour. Car nous avons une place dans la Trinité: celle du Fils. Depuis notre baptême, depuis notre confirmation, depuis la Pentecôte, de­ puis que l'Esprit nous a pris, élevés et pla­ cés à notre place véritable, dans les bras du Père aimant.

Fêter la Trinité, ce n'est donc pas fêter, com­ ment dire... -    une sorte de triangle céleste; c'est fêter au contraire un lien, une circula-  tion, une unité entre le Ciel et nous, entre l'immensité du Père et la modestie de notre propre personne. Et si vous tenez à vous · représenter un triangle (pourquoi pas, après tout; il est bien commode), alors dites-vous que vous vous tenez, avec  le Christ,  avec les saints, avec tous les baptisés, avec toute l'humanité, dans une des trois pointes, celle du Fils. Et que tout l'amour que vous avez vécu, que vous vivez, que vous vivrez, n'est autre que Dieu en vous, Dieu Trinité parce qu'il est amour. •

 

 

Fr. Yves COMBEAU, o.p.