Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Aumônerie des hôpitaux de PauAumônerie des hôpitaux de Pau
Menu
Navigation

"J'y avais pourtant cru" dit Dieu

 

Je vous avais donné un cœur pour considérer l’autre humain comme un frère et vous avez inventé le gourdin et les missiles à longue portée pour lui adresser vos sentiments les plus chaleureux.

Je vous avais donné surtout la liberté pour que vous vous sentiez, « à mon image et à ma ressemblance », responsables de vos actes et que vous vous attachiez volontairement à ce divin projet. Je ne voulais en rien vous obliger. Ai-je bien fait de vous respecter à ce point ?

Je vous avais donné les mots pour dire le vrai et vous avez propagé le faux. La parole est devenue votre guillotine préférée. Elle fonctionne à plein régime et en surmultiplié.

En fait, j’avais cru qu’en suivant mes conseils vous auriez dégagé la route, préparé le temps et le moment où je vous aurais fait passer le gué de la mort en vous tenant la main pour vous conduire en éternité, vous et toute la création, enfin prêts pour ce dernier passage par l’eau. Mais vous avez refusé que je vous accompagne dans votre marche tâtonnante vers l’Humanité. Vous avez voulu vous en sortir tout seuls et malgré tous vos déguisements, vous n’êtes plus que des morts-vivants, marchant vers un mur en esquissant les pas de la danse macabre.

Mais, ni vous ni Moi ne sommes totalement coupables de ce désastre. Le Diviseur à double face, l’Anti-Christ, qui a accaparé une large part de mon souffle divin pour tromper s’est glissé entre vous et Moi. Il en est toujours ainsi : le trop-plein d’amour suscite, malgré lui, la jalousie assassine.

Alors, fidèle à moi-même, je vous ai envoyé mon Fils. Dès le commencement, Il avait bu mon Esprit jusqu’à le mêler à son sang. Il avait mangé ma Parole jusqu’à ce qu’elle prenne son corps. Il est venu, vous l’avez tué mais vous ne lui avez pas volé ma vie. Il vous l’avait déjà offerte et Il vous la transmet encore à profusion avec le pardon.

Et depuis le premier Noël, l’humanité et le monde ont retrouvé leur haleine divine au point que la loi de la mort et les méfaits du péché, eux-mêmes, peuvent concourir à rattraper l’avenir. Tous les brins d’amour comme toutes les larmes qui tissent votre quotidien et qui étaient voués au non-sens final résisteront à l’anéantissement et germeront en fleurs d’éternité. Ainsi l’abîme qui s’ouvrait devant vous devient tremplin  pour le salut.

La mort peut ricaner dans son coin ; elle n’empêchera plus la vie de faire résonner les rires de l’enfant ni l’espérance de sourire au vieillard . Le mur barre toujours l’impasse mais il est devenu paroi de verre  comme le sont les yeux du bébé de la crèche qui laissent transparaître ma joie. Car, figurez vous, cette fois ci, j’y crois encore et plus que jamais. Alors, bon Noël et belle année pour vous ».

 

Jean Casanave